MERCI A prairieboy66 - 

La bamba est un air traditionnel mexicain, originaire de l'État de Veracruz, à l'Est du Mexique, d'un rythme proche de la cumbia. Le genre musical correspondant est le son jarocho (jarocho est le gentilé pour la ville de Veracruz).

La bamba a fait l'objet de nombreuses reprises, notamment celle de 1958 par Richie Valens

D'après un certain Ramón Río García, qui se base sur des entretiens menés par d'autres avec des anciens de la région de Veracruz, La bamba serait inspirée d'une chansonnette créé par un vagabond joueur de jarana (sorte de guitare) surnommé « El Guaruso ». Celui-ci l'aurait composée dans l'hacienda de doña Beatriz del Real situé à Malibrán en mai 1683 alors que le pirate hollandais Laurent de Graff approchait Veracruz. Les cloches sont sonnées pour signaler l'arrivée des pirates et chacun se prépare à se défendre. La maitresse des lieux, qui proposait de partir pour se cacher dans les marais, a demandé à son majordome ce qu'il comptait faire et celui-ci lui a répondu : « Yo no soy marinero, pero aquí serré » (« Je ne suis pas marin, mais je serai ici »). Finalement, le pirate accostera sur une autre plage et l'on n'eut pas à se battre. La chanson est ainsi :

Quitilan, quitilan, / Ding-dong, ding-dong,
que suenan las campanas de Malibrán / que sonnent les cloches de Malibrán
qué vienen los piratas que no vendrán... / car les pirates viendront, viendront pas...
Quitilín, quitilín, / Ding-dong, ding-dong,
que suena la campana de Medellín / qui sonne la cloche de Medellín
y que suena y suena a rintintín. / qu'elle sonnent et résonnent

Plus généralement, on présume que La bamba a été créée à la fin du XVIIe siècle. Initialement, la chanson moque les efforts tardifs et inutiles du vice-roi du Mexique pour défendre les citoyens du port de Veracruz contre les pirates.

C’est Andres Huesca qui en a réalisé le plus ancien enregistrement connu, aux alentours de 1908, mais sous le titre El jarabe Veracruzano (« Le Mariage à Vera Cruz »).

En 1946, un candidat à l'élection présidentielle mexicaine avait utilisé l'air de la chanson pour sa campagne.

En 1958Ritchie Valens enregistre une version rock 'n' roll de La bamba en face B du single Donna. Il était accompagné de la guitariste Carol Kaye de l'équipe Wrecking Crew de Phil Spector. Rien qu’aux États-Unis, quelque cent cinquante artistes vont l’imiter.

                   bamba_ritchie

La chanson Twist and Shout en est presque un plagiat puisqu'elle possède une structure mélodique identique et le même début. Johnny Rivers a d'ailleurs enregistré le medley La Bamba/Twist And Shout.

Le chanteur québécois Gilles Brown a adapté les paroles en français à l'époque des yéyés, sous le titre C'est la bamba, qui disent en résumé ceci :

C'est une danse qui vient du Mexique et elle est fantastique.
Allons les copains, apprenez ce rythme, ça ira très vite, c'est dans le vent.
Cette danse nouvelle rend les filles plus belles, profitez-en mes demoiselles.

En 1960, le groupe de chanteurs folkloriques Los Machucambos la popularisèrent en France, cette chanson devenant par eux grâce au disque notamment, un succès lançant par la même occasion leur popularité par la suite de leurs concerts et nombreux disques à tendance mexicaine ou brésilienne. (SUITE SUR WIKIPEDIA)

                   bamba