version magistrale  ! MERCI A Julien Juju - Musique : Claude Mairet

Les Dingues et les Paumés est une chanson de Hubert-Félix Thiéfaine sortie en 1982 sur l'album Soleil cherche futur.

Devenue une chanson emblématique de Thiéfaine, on la retrouve sur tous les lives et compilations de l'auteur (à l'exception d'En concert vol.2).

La chanson fait référence à de nombreux auteurs (BaudelaireLautréamontHölderlin).

Les thèmes abordés sont typiques du lyrisme de Thiéfaine : la folie, avec la consommation de drogues en filigrane. Les paroles allégoriques évoquent de nombreux symboles ou sous-thèmes : la psychose hallucinatoire, l'usage de stupéfiants, la solitude et le psychonautisme, toujours teintées d'allusions à la culture chrétienne.

http://www.thiefaine.com/thiefaine-2018-40-ans-de-chansons/

                                                    Description de cette image, également commentée ci-après

Hubert-Félix Thiéfaine est un auteur-compositeur-interprète français né le 21 juillet 1948 à Dole (Jura). Double lauréat aux Victoires de la Musique 2012, il est commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres.

Sa carrière musicale de quarante ans fait de lui une des figures de la chanson française, malgré une certaine discrétion médiatique jusqu'en 2005.

Sa culture littéraire, musicale, cinématographique et historique lui permet de jouer avec des références diverses. Dans un style musical situé entre celui d'Alain Bashung ou encore de Serge Gainsbourg, Thiéfaine n'hésite pas à donner à ses textes une dimension énigmatique.

L'une de ses chansons les plus connues, La Fille du coupeur de joints, figurant sur son premier album, traite, sous un aspect enjoué, de la consommation de cannabis. L'imagerie des « consommateurs de substances psychotropes » est un des thèmes récurrents de son œuvre, notamment dans Solexine et GanjaExil sur la planète fantômeNarcisse 81Cabaret Sainte-Lilith...

Parmi ses grands classiques, Alligators 427, une ironique ode à la mort inspirée par la peur du nucléaire et par une alerte médicale, ou encore Les Dingues et les Paumés ode à l'amour et aux écorchés-vifs ou Lorelei Sebasto Cha.

Parmi ses thèmes de prédilection, la folie (Le Jeu de la folie), la critique de la société (Exercice de simple provocation avec 33 fois le mot « coupable ») et la mort (Maison Borniol).

Chanteur-poète écorché vif, évoluant toujours aux marges du langage institué, il tire son inspiration d'écrivains comme RimbaudBaudelaire ou Lautréamont, qu'il cite dans ses textes8. Son style sur les traces de Boris Vian, sa créativité n'ont jamais perdu l'humour truculent (Psychanalyse du singe), voire le non-sens (22 mai) de ses débuts, mais le cynisme (La Terre tremble) et le désespoir (Crépuscule-transfert) y ont une part plus importante. Il sait célébrer tous les plaisirs (Sentiments numériques revisités) : sexe, drogues… et rock'n' roll. C'est le maître des ambiances à la fois décadentes (Cabaret Sainte-Lilith) et charmeuses, rejoignant souvent la puissance imaginaire et artistique d'un Manset, d'un Gainsbourg ou d'un Léo Ferré.

Hubert-Félix Thiéfaine ne trouve pas uniquement ses influences dans la poésie française. Les auteurs de la beat generation forment une part importante de cette influence.

La plupart de ses textes sont des odes à la vie, ou du moins, à la manière de l'approcher, et à la mort. Entre ces deux extrêmes, on rencontre l'éloge de la folie, de la littérature, du sexe, de la drogue, et malgré tout, du genre humain…

L’automne 2018 sera aussi l’occasion de retrouver H. F. THIEFAINE sur scène pour célébrer 40 ans de chansons lors d’une tournée ANNIVERSAIRE de 12 dates uniques et exceptionnelles, dont l’AccorHotels Arena (Paris-Bercy), vingt ans après son fameux BERCY 98, complet 3 semaines avant la date grâce à la ferveur de son public.

                                        THIEFAINE