MERCI A YVAN CHAULET POUR CE MAGNIFIQUE HOMMAGE!!!!!!

Ça ne finira jamais est le 46e album studio - le 2e chez Warner - de Johnny Hallyday sorti le 27 octobre 2008.

Ca ne peut pas finir
Et j'aurais beau partir
Je resterai toujours pour toi
A portée de voix
Tu le sais bien
Ca fait tellement longtemps
Que l'on navigue ensemble
Tellement de temps qu'on s'est donné
D'amour sans compter
C'est pas pour rien
Ca n'finira jamais
On refera la route
Je te le promets
Je n'suis que la somme
Des mains qui se tendent
Des coeurs qui attentent
Je suis ceux qui m'ont aimé
Mon histoire te ressemble
Elle se lit dans tes yeux
Dans ces chansons qui nous rassemblent
Autour de ce feu
Que rien n'atteint
Ca ne peut pas finir
Ya trop de souvenirs
Des jours des nuits qu'on ne compte pas
Et même si je pars
Je n'te quitte pas
Ca n'finira jamais
On refera la route
Je vous le promets
Je n'suis que la somme
Des mains qui se tendent
Des coeurs qui attentent
Je suis ceux que j'ai aimé
Paroliers : Patrice Guirao / Calogero Maurici / Gioacchino Maurici 

                                          _johnny_halliday1995

Johnny Hallyday nous a quittés, mais nous ne devons pas quitter Johnny Hallyday, car il était la France insouciante et heureuse des années 60, celle dans laquelle il ne serait venu à personne de supprimer le service national ou de siffler La Marseillaise.

Johnny va nous manquer. Aucun artiste de scène ne le remplacera. Aucune audace ne le supplantera. Aucun charme ne l’égalera. Il avait la classe et la beauté. C’était le Jacques Anquetil du music-hall et le Brigitte Bardot des feux de la rampe.

Lorsqu’il partageait des moments de joie avec d’autres célébrités, on ne voyait que lui. Il attirait les regards, captait la lumière, et son rire était explosif. La puissance de sa voix le plaçait très au-dessus des chanteurs de son temps. Son énergie était éblouissante. Ses jeux de scène le rendaient unique. Ses gestes étaient parfaits.

Johnny, c’était Johnny : le public ne s’y est jamais trompé. Aussi Johnny est-il parti sans disparaître, car les Français ne veulent pas d’une France sans Johnny. Lui, au moins, avait le courage d’arborer sur sa poitrine une magnifique croix chrétienne. Lui, au moins, avait le cran et l’honnêteté de maintenir ses tournées malgré le risque d’attentat. Lui, au moins, savait aller au bout de lui-même.

Il aimait ce qu’il faisait parce qu’il faisait ce qu’il aimait. Il respectait plus que tout ses fans. Il avait su rester simple, malgré une gloire quasi absolue. C’était un grand monsieur, une totalité, un infini. -   MERCI  MV

                                  ALBUM_JOJO